Troisième vendredi spirituel Carême 2019 au Trévoux

Vendredi 22 mars 2019 :

"le sens de la prière",

soirée conduite par le Père Pierre-Yves MUZELLEC

Commentaire

 

 Le temps du carême est un temps de joie pour chaque chrétien qui le reçoit dans l’espérance de la Résurrection du Christ. Nous sommes conviés quarante jours durant, à renouveler notre foi en prenant ce temps comme un temps retraite. C’est cela le désert. Nous avons à préparer ce désert. Il nous appartient. C’est une véritable demeure où rien ne devrait nous disperser. 

Retrouver la solitude que Dieu nous offre. La joie de le retrouver lui et de nous retrouver nous à l’ombre de ses ailes. Non pas comme nous voudrions être, mais tels que nous sommes. Nous sommes ainsi appelés à être des hommes et des femmes « intérieurs ». à bâtir un château, un manoir, disons plutôt un monastère intérieur.

 

La prière nous y invite ; elle nous conduit aussi à cet effort de relation que Dieu désire avec nous. « O admirable échange, mystère de l’amour », chanterons-nous autour de la résurrection de notre Sauveur. Mystérieux échange des volontés. 

Notre volonté est ainsi mise en avant dans cette invitation particulière à vivre le jeûne, à pratiquer la charité et à prier. Prier en tout temps. Bon nombre d’écoles spirituelles ont fleuri dans l’histoire de l’Eglise ; et certaines ont laissé des traces particulières, ont offert des méthodes que nous utilisons encore aujourd’hui. C’est le cas de la Lectio Divina. Une œuvre monastique, pourrions-nous dire qui prend sa source dans un rapport étroit avec la Parole de Dieu. La Lectio Divina, n’est pas une « piqûre de rappel » qui pourrait faire du bien une fois de temps en temps, mais elle fait parti d’un chemin continu, d’une direction régulière de notre vie spirituelle et ne trouve d’écho que dans la régularité, et la fréquentation quotidienne. Comme tout chemin de vie spirituelle, il ne faut pas chercher à contempler immédiatement les fruits, car ce n’est pas ce qui compte, mais c’est la persévérance du vigneron qui doit émonder sa vigne chaque jour, une vigne qui ne portera de fruit que si le vigneron s’en occupe. 

Fréquenter la Parole de Dieu, c’est nourrir notre vie de foi, et nourrir notre vie de Foi, c’est nous laisser façonner par cette Parole que nous recevons d’un Autre, une Parole qui n’est pas nous, mais qui nous fait vivre et exister. Les fondamentaux du carême que sont le jeûne, la prière et la charité sont des moyens connexes qui nous aident à entrer dans cette posture du disciple-missionnaire et aussi du Saint que tous nous sommes appelés à devenir. 

 

La Lectio Divina est pourrions-nous dire un échantillon de ces trois pratiques : 

  • une lettre que l’on reçoit à frais nouveau : car Dieu offre et Dieu est charité. C’est la première des étapes : la lecture ou encore la lectio.
  • Une parole qui se reprend : Dieu laisse libre, Dieu rend libre. Seconde étape : la méditation
  • Une lettre apparaît comme une Parole : Dieu s’incarne. C’est l’oraison : Dieu prend racine en moi.
  • Puis enfin, le Silence et la contemplation : Dieu accomplit. La grâce particulière, qui fleurit dans le silence intérieur : la contemplation. Plus de mots, plus de bruits, plus de paroles, mais on pourrait dire une admiration, un amour intense.

 

Que Dieu accomplisse en chacun de nous ce qu’il a commencé, pour que par sa Parole divine, sa Pâques devienne notre Pâques. Frères et sœurs, que notre joie soit parfaite dans ce temps qu’il nous offre, dans ce chemin sur lequel il nous conduit à la lumière véritable qu’est son fils, le Verbe fait chair venu pour nous sauver. Amen.

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0