le trévoux


Paroisse de l'ancien diocèse de Cornouaille maintenue lors du Concordat.

 


église saint-pierre-et-saint-paul

Adresse :

Messe régulière :

Ouverture :

Places :

Accessibilité :

Parking :

Monument historique :

rue de Bannalec, D22, 29380 Le Trévoux

 

l'église est ouverte en semaine de ...h à ...h

... places assises

 

 

le retable et le tabernacle de l'église Saint-Pierre et Saint-Paul sont classés comme objets protégés au titre des Monuments historiques depuis 1991


Edifice en forme de croix latine, comprenant une nef de cinq travées avec bas-côtés, deux chapelles en ailes au droit de la quatrième travée et un choeur accentué accosté de deux sacristies.

 

On distingue dans l'édifice trois campagnes de travaux : les quatre premières travées de la nef, avec leurs voussures bien moulurées et pénétrant directement dans les piliers cylindriques, appartiennent au XVIe siècle. Système ancien de vases acoustiques dans les murs de ces travées. - La cinquième travée est du XVIIIe siècle ; celle-ci a ses arcades surbaissées et reposant sur les tailloirs des piliers ; sur le dernier pilier sud, date de 1753. Le portail ouest porte dans son fronton cintré la date de 1748. - En 1898, le chevet a été reculé, le choeur allongé et une seconde sacristie ajoutée au nord.

Au pignon du porche sud, deux lions héraldiques tenant un cartouche et cadran solaire. La porte en bois, datée 1678, est ornée de sculptures en bas-relief représentant l'une saint Pierre et l'autre le Baptême du Christ.

 

Mobilier :

  • Maître-autel à pavillons et tourelles, fait à Hennebont en 1695 ; au-dessus du tabernacle, dais formé de palmes sculptées pour l'exposition du Saint-Sacrement avec saint Pierre et saint Paul et anges adorateurs en bois doré et polychrome.
  • Autels latéraux avec retables-lambris à pilastres cannelés (début XIXe siècle) et tableaux : au nord, le Rosaire, fin XVIIIe siècle, au sud, le Allégorie du Gouvernement royal, signé "Philippe pxit." (dernier tiers XVIIIe siècle), peintures sur toile.
  • Dans le coffre de ces trois autels, gisants en bois polychrome (ou plâtre ?) représentant saint Pierre (maître-autel), le Christ au tombeau (chapelle sud) et une sainte martyre, Philomène peut-être (chapelle nord).
  • Fonts baptismaux anciens, granite ; clôture carrée avec, aux angles, des colonnes corinthiennes qui ont dû soutenir un baldaquin aujourd'hui disparu.
  • Sous l'enfeu de la chapelle nord, pierre tombale, granit, aux armes de Kermorial ; à côté, groupe de Notre Dame de Pitié, stuc polychrome, provenant de Lanorgar.
  • Chaire du XVIIIe siècle reléguée dans un grenier. - Aigle-lutrin en bois polychrome.
  • Statues anciennes : - en pierre polychrome : Vierge allaitant, portant l'inscription : "I V KERGORNET", XVe siècle ; - en bois polychrome : Christ en croix (nef), saint Pierre et saint Paul (choeur) ? XVIIIe siècle, saint Sébastien barbu, sainte Catherine sans sa roue, XVe-XVIe siècle, saint Jean-Baptiste, XVIIIe siècle (ou Christ ressuscité ?), saint Christophe, et, au presbytère, sainte Véronique, décapitée, XVIIe siècle, saint évêque et saint moine. Anges adorateurs, XVIIIe siècle, saint moine, XVIIe siècle, saint évêque, XVIIe siècle.
  • Peinture : sur le lambris du fond de la nef représentation des vertus de Foi (livre), d'Espérance (ancre) et de Charité (deux enfants).
  • Près du choeur, bénitier de granit portant l'inscription "S : P : 1783." et provenant de la chapelle Saint-Corentin.
  • Orfèvrerie : Calice en argent, dont le pied est dû à l'orfèvre Joseph Bernard, vers 1676. - Custode, Olivier Le Roy orfèvre à Morlaix, 1675-1700.- Ostensoir, L.N. Naudin, Paris, 1819-1838. - boîte aux saintes huiles, étain, XVIIIe siècle.

 


chapelle de kerduté

La chapelle de Kerduté est dédiée à Notre-Dame-de-la-Pitié.

 

En forme de croix latine, elle paraît remonter aux premières années du XVIe siècle. Sur le rampant du pignon ouest, escalier d'accès au beffroi. Le clocheton est de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe ; la sacristie, construite contre le flanc nord du choeur, est aussi récente. La charpente a conservé trois entraits anciens ; à trois angles de la croisée du transept, sculptures en granit dans les pans coupés : un ange à banderole et une tête de vieillard côté choeur, un singe côté nef.

La chapelle a été restaurée progressivement entre 1974 et 1989.

 

Mobilier :

  • Balustrade peinte devant le choeur.
  • Bénitier de pierre au fond de la nef.
  • Statues anciennes - en granit : saint Pierre ; - en pierre blanche : Pietà, saint Denis, XVIe siècle ; - en bois polychrome : Christ en croix, XVIIIe siècle, sainte Trinité, saint Michel, saint Alar provenant de la chapelle Saint-Herbot, XVIIe siècle.

* Sur le placitre, croix de granite simple, datée 1562.

 


chapelle de lanorgar

La chapelle de Lanorgar est dédiée à Notre-Dame et fut la chapelle des religieuses de l'Immaculée Conception d'Annecy jusqu'à leur départ. Depuis 1986, elle est intégrée au Monastère de Saint-François-d'Assise à Lanorgard où se sont installées des sœurs franciscaines.

 

 

Edifice de plan rectangulaire construit en 1921. Elle a été agrandie en 1988-1989 et bénite le 15 septembre 1989.

 

Dans l'enclos, chapelle Sainte-Anne : petit oratoire de plan rectangulaire avec chevet arrondi, construit en 1780 (millésime sur le pignon). Pas de clocheton. Statue en bois polychrome du groupe de sainte Anne et Marie.

 


chapelle détruites

  • Chapelle Saint-Corentin, en forme de croix latine avec chevet à pans coupés, détruite vers 1970.
  • Chapelle Saint-Christophe, chapelle privée de l'ancien manoir de Lanorgar.
  • Chapelle Saint-Herbot, à Logan. C'était un édifice du XVIe siècle, en forme de croix latine, avec un faux transept dont les ailes étaient séparées de la nef par deux arcades chacune. En 1957, les trois autels de pierre ont été transférés à la chapelle Notre-Dame de la Paix au Pouldu. Ensuite, les pierres ont servi à l'agrandissement de l'église de Léchiagat. La fontaine de dévotion ornée d'une coquille existe encore.